Articles principaux

La lame de Fujita
Articles principaux

La lame de Fujita

Lorsqu’un vice-amiral japonais se rendit, en 1945, il déposa aussi son tachi Le lieutenant de marine canadien William Lore était à bord d’un bâtiment de la flotte britannique lorsqu’elle entra dans le port de Victoria, Hong Kong, en aout 1945. En reconnaissance des sacrifices de Canadiens à la bataille de Hong Kong, Lore fut mis à la tête du groupe qui libéra les prisonniers du camp de Sham Shui.  En septembre, il vit le vice-amiral Ruitaro Fujita signer l’acte de reddition. Il vit aussi Fujita céder son sabre au contre-amiral britannique Cecil Harcourt. Pour l’officier japonais, céder son sabre militaire était une humiliation nationale et personnelle. Un sabre militaire, au Japon, ce n’était pas seulement une arme : il avait une signification spirituelle; c’était un lien avec des tra...
Le Canada a-t-il fait une erreur en décidant de défendre Hong Kong?
Articles principaux

Le Canada a-t-il fait une erreur en décidant de défendre Hong Kong?

Richard Foot dit que NON Le Canada a-t-il eu tort d’envoyer des soldats à Hong Kong en 1941? Si l’on répond à la question avec le recul historique, oui, c’est indéniable. Par contre, si l’on se replace au Canada en 1941, que l’on tient compte des pressions et des attitudes dominantes de cette année exceptionnelle, le choix d’engager des troupes s’explique. Le gouvernement de King était confronté à une pression grandissante, celle de contribuer davantage.  Le Canada était en guerre depuis deux ans à l’automne 1941. Mais, le premier ministre Mackenzie King et son cabinet peinaient encore à décider du rôle que le pays devait jouer. Le Canada français montrait peu d’enthousiasme face à l’effort de guerre, les souvenirs de la conscription de 1917 divisaient encore les Canadiens, et King ...
La démocratie numérique en marche
Articles principaux

La démocratie numérique en marche

Avec un an de retard, les délégués de la Légion se sont enfin réunis dans une salle de congrès virtuelle où l’union a fait la force 13 au 15 aout, 883 délégués accrédités se sont réunis en ligne à l’occasion du 48e Congrès national de la Légion royale canadienne. Ils se sont penchés sur les adhésions, la sensibilisation du public et les efforts pour aider les anciens combattants du Canada. Le congrès en présentiel prévu à Saskatoon en aout 2020 avait été reporté à aout 2021 en raison de la pandémie. Mais, prudence oblige, la décision a été prise en avril d’opter pour un évènement en ligne.  Des experts-conseils ont été engagés pour concevoir et mettre en place ce congrès virtuel. Les délégués ont trouvé devant eux un portail protégé par mot de passe qui donnait accès à une page d’accu...
Un feu incontrôlé détruit la filiale Lytton
Articles principaux

Un feu incontrôlé détruit la filiale Lytton

Lytton, C.-B., a été dévastée le 30 juin par un feu incontrôlé.  L’hôpital, le poste d’ambulances et la pharmacie ont été ravagés. La banque, le musée, le café, les deux épiceries ont été entièrement détruits... et avec eux, la filiale Lytton de la Légion royale canadienne.  « Ce sera tout un défi, nous avait confié Sheila Maguire, présidente de la filiale, en aout dernier. Mais, nous irons de l’avant. » Ce ne sera pas facile. Ça sera cher. Et, ça prendra du temps.  Les murs extérieurs de l’édifice se sont écroulés. « Nous ne récupèrerons rien », a expliqué Mme Maguire. Fin aout, elle faisait un dossier pour les assurances, et elle était trop occupée pour envisager l’avenir. Elle espère toutefois que la filiale acquerra un nouvel édifice, lieu de réunion pour les quelque 250 résiden...
La Fondation nationale Légion propose une nouvelle option de dons patrimoniaux
Articles principaux

La Fondation nationale Légion propose une nouvelle option de dons patrimoniaux

La Fondation nationale Légion offrira aux donateurs une nouvelle option de dons patrimoniaux : les dons par police d’assurance. Contrairement aux dons classiques, le don patrimonial prévoit faire don d’une partie de la succession d’une personne à une organisation sans but lucratif. Le donateur peut attribuer dans son testament une somme globale à donner à une œuvre de bienfaisance, ou faire des contributions régulières, comme s’il s’agissait de primes, à une police d’assurance dons patrimoniaux qui sera versée en cas de décès.  « Une police d’assurance patrimoniale vous permet de faire un don après votre décès en versant de petits montants au fil de votre vie », explique Sam Laprade, directeur du développement de la FNL.  Les petits montants donnés mensuellement finissent par représente...
Le coquelicot immortel est une œuvre d’art numérique
Articles principaux

Le coquelicot immortel est une œuvre d’art numérique

La Légion royale canadienne a numérisé un vrai coquelicot de Flandre, symbole du souvenir, pour célébrer son 100e anniversaire.  Le projet, désigné « Coquelicot immortel », a servi à créer des exemplaires virtuels riches en détails d’un coquelicot en pleine floraison cueilli en Flandre. La fleur numérique en 3D pivotante a des pétales portant les noms de Canadiens morts à la guerre depuis la Première Guerre mondiale.  Les coquelicots, en nombre limité, seront vendus aux enchères dans des cybermarchés en tant qu’œuvres d’art numériques, mais le 100e exemplaire est réservé pour la Légion. Chacun d’eux sera remis en tant que jeton non fongible, sorte de fichier numérique numéroté et authentifié à l’achat, de sorte que chaque fichier sera unique. Les bénéfices de la campagne du Coquelicot ...
Soldat et inspiration
Articles principaux

Soldat et inspiration

Simon Mailloux est le premier soldat canadien à avoir repris le service militaire après une amputation  Depuis sa plus tendre enfance à Québec, Simon Mailloux voulait être soldat. Son désir fut exaucé, et son parcours, en temps de guerre et en temps de paix, a comporté sacrifice, résilience et triomphe. Malgré tout ce dont il a souffert, il demeure soldat. Mailloux a obtenu un diplôme du Collège militaire royal en 2006, et il a rejoint le 3e Bataillon du Royal 22e Régiment en tant que commandant de peloton. Il avait 22 ans. L’année sui-vante, son unité a été déployée en Afghanistan, au beau milieu de la guerre. Le 17 novembre 2007, le lieutenant Mailloux fut gravement blessé lorsque son véhicule blindé léger sauta sur un dispositif explosif de circonstance dans le district de Panjwaii,...
Un camp surgit
Articles principaux

Un camp surgit

DÈS LA DÉCLARATION DE GUERRE EN 1914, DES MILLIERS DE VOLONTAIRES CONVERGÈRENT VERS UN VILLAGE DE TENTES POUR RECEVOIR UNE FORMATION DE BASE La Grande-Bretagne déclara la guerre à l’Allemagne le 4 aout 1914, et le Canada commença immédiatement à se préparer à l’inévitable. Westminster demanda un premier contingent de 25 000 soldats. Le Canada en envoya 30 617, mobilisés par le ministre de la Milice et de la Défense, Sam Hughes. Sauf au Québec, il n’était pas nécessaire de faire beaucoup pour convaincre les recrues. Le Canada était un dominion très jeune à l’époque. Les liens avec la « mère patrie » étaient étroits. Presque la moitié des Canadiens qui servirent étaient nés en Grande-Bretagne. Beaucoup d’entre eux avaient une idée roman-tique de la guerre. Ils submergèrent les bureaux d...
Est-il temps de réévaluer vos prestations?
Articles principaux

Est-il temps de réévaluer vos prestations?

Il y a du progrès chaque jour alors que de plus en plus de gens se font vacciner. La vaccination est une arme puissante dans la lutte contre la COVID-19, et lorsqu’on y ajoute les dispositions liées à la santé publique et les pratiques de prévention personnelles, son impact est encore plus fort.  Les restrictions sont levées à mesure que le nombre de vaccinations augmente et que celui des cas diminue. Vu la suppression de ces mesures, l’heure est venue pour vous de revoir les prestations d’invalidité relatives aux réévaluations et à l’admissibilité partielle. Réévaluation Si vous êtes bénéficiaire d’une pension d’invalidité, d’une indemnité d’invalidité ou d’une indemnité pour douleur et souffrance liées à votre service, vous pouvez demander une réévaluation si vous pensez que votre i...
Pour la patrie
Articles principaux

Pour la patrie

Au moins 200 francophones servirent à la guerre d’Afrique du Sud La première guerre à laquelle le Canada a pris part à l’étranger est celle d’Afrique du Sud (1899-1902).  La guerre avait été causée par la rivalité économique et l’antagonisme culturel entre les Britanniques, enracinés dans les colonies du Natal et du cap de Bonne Espérance, et les descendants des colons néerlandais dans les petites républiques de l’État libre d’Orange et du Transvaal.  La guerre éclata le 11 octobre 1899, et le vaste Empire britannique fit appel à ses colonies autonomes, dont le Canada. Le premier ministre d’alors, Wilfrid Laurier, y vit une menace pour l’unité nationale à cause de la pression constante de la presse et de la population pro-impérialiste anglophones qui l’enjoignaient à appuyer la Grand...