Éditorial

Le gouvernement fait amende honorable
Éditorial

Le gouvernement fait amende honorable

Le gouvernement fédéral a l’intention de présenter des excuses pour le traitement subi par les soldats volontaires noirs qui ont servi dans le 2e Bataillon de construction ségrégué pendant la Première Guerre mondiale. Les hommes noirs, certains venus des États-Unis et d’autres des Antilles pour s’enrôler dans le Corps expéditionnaire canadien, se sont heurtés au racisme et à des obstacles souvent insurmontables en essayant de s’incorporer dans les unités d’infanterie régulière. Environ 700 soldats noirs y sont parvenus, mais la majorité a été reléguée aux fonctions de soutien du 2e en France. Il ne s’agira pas des premières excuses concernant l’armée et la guerre, loin de là. Le 13 décembre dernier, Ottawa a présenté des excuses aux victimes d’inconduite sexuelle dans l’armée (cf. pag...
La bonne décision
Éditorial

La bonne décision

En novembre, peu après avoir été nommée ministre de la Défense, l’honorable Anita Anand a annoncé que les affaires d’inconduite sexuelle dans l’armée seraient transférées aux autorités policières et judiciaires civiles pour enquête et dépôt des accusations. Trois juges de la Cour suprême avaient déjà émis cette recommandation depuis l’examen sur l’inconduite sexuelle de 2015 qu’avait mené l’honorable Marie Deschamps. Elle avait alors dénoncé une « culture sous-jacente de la sexualisation » qui portait atteinte à l’intégrité, au professionnalisme et à l’effica-cité de l’ensemble de l’organisation des FAC. Marie Deschamps avait noté que cette culture dissuadait les victimes de signaler les agressions, ce qui empêchait donc les membres de la chaine de commandement de voir la véritable éte...
Le Coquelicot éternel
Éditorial

Le Coquelicot éternel

Le terrain boueux d’Europe de l’Ouest, un lieu lugubre, était sillonné de tranchées, balafré, bombardé et couvert de cratères pendant la Grande Guerre. Les vagues de batailles se succédaient, et la végétation était brulée par les explosions d’obus, empoisonnée par les gaz. Des soldats et des chevaux pourrissaient dans la gadoue, pertes irrémédiables. On aurait dit que rien ne pouvait exister là, sauf la mort. Mais, au milieu du chaos et du carnage, des coquelicots rouge vif germaient et fleurissaient dans les terrains neutres et parmi les tombes des soldats morts au combat. Ces têtues fleurs sauvages étaient des lueurs d’espoir pour les soldats : si elles pouvaient percer à travers le marasme, il en serait de même pour eux. Un soldat en particulier, le médecin canadien John McCrae qui ...
Accélérer la cadence
Éditorial

Accélérer la cadence

Les arriérés concernant les  demandes d’avantages adressées à Anciens combattants Canada sont plus qu’exaspérants. Malgré les bonnes intentions, bien qu’on accorde d’autres fonds et qu’on embauche des gens pour régler le problème, les retards perdurent et si l’on en croit les prédictions des défenseurs des anciens combattants, ils sont même sur le point d’augmenter maintenant que la pandémie s’estompe. Anciens combattants Canada a fixé à 16 semaines le délai normal pour la prise de décision dans le cas de 80 % des demandes, cible qu’il n’a atteinte que dans le cas de moins d’une demande sur quatre en 2019-2020. C’était une diminution de 37 % par rapport à l’année précédente. La raison de ces retards est simple : le ministère est inondé de demandes. De nouveaux avantages ont vu le jour, ...
La capacité d’adaptation est la clé du succès
Éditorial

La capacité d’adaptation est la clé du succès

Il faut lui dire bravo. Ces 16 derniers mois, pendant la COVID, la Légion royale canadienne a tout mis en œuvre pour éviter de suspendre les services qu’elle offre aux anciens combattants, et elle a fait preuve d’une remarquable capacité d’adaptation. Avant la pandémie, les filiales de la Légion étaient une « deuxième maison » pour de nombreuses personnes aux quatre coins du pays. C’étaient des lieux où on se rassemblait, où on rencontrait du monde et où on évoquait des souvenirs, des lieux où on pouvait rouspéter, jouer aux fléchettes, obtenir de l’aide et se mettre au service des autres. Les filiales encouragent l’adhésion de nouveaux membres et génèrent des revenus. Elles sont les fondements du modèle fédéraliste des activités de la Légion. Heureusement, elles rouvriront bientôt leurs ...
Itinérance zéro?
Éditorial

Itinérance zéro?

London, Ont., a récemment déclaré avoir pratiquement éliminé le problème de l’itinérance des anciens combattants sur son territoire. Le statut de « pratiquement zéro itinérance chez les anciens combattants » est conféré par l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance. Cela signifie que le nombre d’anciens combattants sans abri est inférieur ou égal à celui que la ville a prouvé pouvoir loger en un mois. L’alliance a confirmé que, dans le cadre de sa campagne Prêt pour zéro Canada, London était la première collectivité canadienne à atteindre cette distinction. « Un logement sûr et abordable est un droit pour tout le monde, surtout pour les femmes et hommes qui ont servi leur pays », souligne le maire, Ed Holder. Selon un rapport fait au Parlement par le Comité permanent des anci...
En l’honneur des centenaires
Éditorial

En l’honneur des centenaires

Le nombre de Canadiens qui atteignent l’âge avancé de 100 ans est plus élevé que jamais, et leurs compatriotes s’en aperçoivent. Parmi les derniers de « la génération la plus glorieuse », beaucoup sont vétérans de la Seconde Guerre mondiale ou de celle de Corée, et ils ont été honorés de maintes manières : hommages, couverture médiatique, campagnes de publipostage, défilés. Au nombre d’entre eux, notons Fred Arsenault de Toronto (6 mars), Harold Freeston de Langley, C.-B. (24 juin), Armour Hanna de Toronto (1er juillet), Bill Marr de South Surrey, C.-B. (25 aout), Winnifred Magor de Calgary (9 nov.), Robert Spencer d’Ottawa (9 nov.), Gordon Piers de Nicola Valley, C.-B. (10 nov.), David Thiessen d’Abbotsford, C.-B. (11 nov.), Jack Coles de Qualicum Beach, C.-B. (16 nov.), Peter Chance de...
Une vague d’initiatives
Éditorial

Une vague d’initiatives

Le jour du Souvenir a été vraiment différent en 2020. La cérémonie au Monument commémoratif de guerre du Canada à Ottawa a suivi un protocole strict avec un nombre restreint de participants. Le grand public avait été invité à se tenir à l’écart, à suivre le déroulement à la télévision et à trouver d’autres moyens respectueux des précautions sanitaires de rendre hommage aux anciens combattants du Canada. La journée a été ponctuée de plusieurs gestes de soutien envers les anciens combattants. Le plus important est un fonds fédéral spécial pour les organisations d’anciens combattants dont les finances ont été affectées par les restrictions liées à la COVID-19. Pour de nombreuses filiales de la Légion, le besoin d’un tel appui était devenu critique. La Légion a reçu 14 des 20 millions de do...
Un jour pas comme les autres
Éditorial

Un jour pas comme les autres

Le jour du Souvenir est différent cette année, mais il n’en est pas moins important.   Les mesures de lutte contre la pandémie ont eu des répercussions énormes sur la Légion royale canadienne à l’échelle nationale. Depuis la fermeture de leurs portes en mars, les filiales ont cessé leurs activités sociales : fléchettes, soirées de jeu-questionnaire, remise de prix, réceptions de mariage. En septembre, cependant, de timides et très restreintes réouvertures étaient en cours. Les salles étaient peut-être vides, mais le travail fondamental de la Légion concernant le soutien aux anciens combattants, à leurs familles et à leurs collectivités s’est poursuivi. Dans bien des cas, des solutions ingénieuses pour déjouer la COVID-19 ont été trouvées afin de préserver les bonnes œuvres. La campagne ...
Éditorial

Un mandat clair

Le premier ministre Justin Trudeau a rompu à nouveau avec la tradition en publiant les lettres de mandat qui ont été envoyées aux ministres après leur cérémonie d’assermentation tenue à la résidence du gouverneur général le 20 novembre. Dans ces lettres est décrit sommairement le mandat qui échoit à chaque ministre. Celle qu’a reçue le ministre des Anciens Combattants, Lawrence MacAulay, est longue et pleine d’une rhétorique éculée, mais elle contient aussi de nouveaux objectifs, voire de nouvelles idées (c.f. p. 61 de la version anglaise). Une des initiatives, qui s’écarte heureusement des pratiques habituelles, consiste à adopter l’approbation automatique des demandes d’invalidité les plus courantes. Peut-on vraiment douter que quelqu’un qui sert dans l’artillerie ou à bord d’un sous-...