Le soutien de la Légion est vital pour les anciens combattants sans abri

July 24, 2019 texte de Sharon Adams

Mettre fin à l’itiné-rance chez les anciens combattants exige un plan national coordonné, un financement ciblant les projets de logement, une aide au logement et la participation de la Légion.

« La Légion royale canadienne, de par son réseau national, est tout simplement irremplaçable comme intermédiaire permettant de traduire localement de tels objectifs nationaux », a déclaré le Comité permanent des anciens combattants du gouvernement fédéral présidé par le député Neil Ellis dans son rapport de mai intitulé Vers la fin de l’itinérance chez les vétérans.

L’itinérance chez les anciens combattants n’est pas un problème insurmontable, mais il est complexe.

Bien que les chemins qui conduisent à l’itinérance soient nombreux, ils trouvent souvent leur origine dans des difficultés d’adaptation à la vie civile.

Les foyers d’accueil civils n’offrent pas de logement stable ni de soutien à long terme aux 3 000 à 5 000 anciens combattants sans abri qui doivent refaire leur vie, et nombre d’entre eux les évitent.

Beaucoup d’organismes offrent une aide d’urgence aux anciens combattants sans abri. VETS Canada identifie les anciens combattants sans abri aux quatre coins du pays et les dirige vers les services locaux appropriés, en plus de leur fournir des logements de secours dans quelques villes. Le programme Leave the Streets Behind (laisser la rue derrière soi, NDT) de la Légion – lancé par la division de l’Ontario et qui s’est répandu dans tout le pays durant la dernière décennie – apporte son aide à des centaines d’anciens combattants. Anciens Combattants Canada a un fonds d’urgence, des programmes de transition et des services de santé mentale.   

« Pour sortir ces personnes de la rue, la véritable solution réside dans le passage de l’accueil d’urgence vers des solutions d’hébergement à long terme », lit-on dans le rapport.

Quatre organisations, dont la Cockrell House à Vancouver et la Multifaith Housing Initiative à Ottawa élaborent un modèle canadien pour le logement et le soutien des anciens combattants sans abri, caractérisé par des logements de transition à long terme qui s’accompagnent d’un soutien social intégré.

Les anciens combattants forment l’une des 11 populations vulnérables prioritaires citées dans la stratégie nationale du logement, qui prévoit de distribuer 20,5 milliards de dollars sur 12 ans, auxquels s’ajouteront les contributions des provinces et des territoires.

La division des domaines de compétences fait obstacle au financement. Les provinces et les municipalités rechignent à financer des projets pour l’usage exclusif d’anciens combattants. Certains ont refusé les demandes de financement en disant que le logement des anciens combattants était une responsabilité fédérale. Mais ce financement est nécessaire pour être admissible aux fonds fédéraux. Ayant réussi à obtenir un terrain fédéral où construire un établissement pour 40 anciens combattants et ayant beaucoup de soutien de bénévoles et de nombreux partenariats avec d’autres organismes, la Multifaith Housing Initiative a fait l’objet d’un refus de financement provincial et municipal et a donc dû entreprendre une campagne de financement de 5 millions $, a dit au comité sa directrice générale, Suzanne Le.

Un plan pour régler cette dispute de domaines de compétence est nécessaire.

Et bien qu’en 2016 ACC ait dit développer une stratégie pour mettre fin à l’itinérance, « à ce jour, nous n’avons vu aucun signe de progrès », a dit au comité Ray McInnis, directeur des Services aux anciens combattants de la Légion.

Le rapport contient les recommandations qui suivent :

qu’ACC travaille avec les groupes communautaires pour maintenir un contact permanent avec les anciens combattants à risque dans le but de prévenir l’itinérance;

qu’ACC soutienne la recherche, en particulier sur la surreprésentation des femmes et des anciens combattants autochtones dans la population des sans-abri;

que les vétérans de la GRC aient droit aux fonds d’urgence d’ACC;

qu’ACC collabore avec la Société canadienne d’hypothèques et de logement pour assurer un financement ciblant les anciens combattants sans abri dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement;

que le gouvernement fédéral crée un supplément au loyer pour les anciens combattants sans abri;

que les gouvernements de tous les ordres et les associations d’intercession en faveur des anciens combattants travaillent ensemble pour mettre en œuvre des plans d’action tels que la Stratégie nationale sur le logement.

« L’itinérance est un phénomène complexe dont la solution exige la coordination d’un grand nombre d’interventions dans chacune
des communautés, conclut le rapport. Il est concevable de mettre en œuvre un programme qui permettrait d’éliminer l’itinérance
chez les vétérans. »

Class

MBP

Connectez

image description