Modèle réduit

February 11, 2019 texte de Sharon Adams

Un impact à très haute vitesse lors de son entrée dans l’eau a probablement causé la déformation du nez et les dommages à l’aile de ce modèle réduit d’Avro repêché dans le lac Ontario. [Musée de l’aviation et de l’espace du Canada/CR014577]

L’Arrow d’Avro, chef-d’œuvre aéronautique, a eu la vie courte. L’an dernier, un de ses prototypes a été repêché dans le lac Ontario.

Génération après génération, les Canadiens continuent d’admirer l’élégance de ses ailes delta et l’aspect futuriste de son nez pointu qui semblait percer le ciel. Hélas, l’Arrow d’Avro, objet de cette fascination, a été surnommé meilleur avion à ne jamais voler.

Lorsque le projet Arrow a été annulé, en 1959, le gouvernement fédéral a tenté d’éliminer toute trace de son programme canadien d’intercepteurs supersoniques de la guerre froide, de peur que la technologie ne passe aux mains des Russes. L’ordre fut donné de tout détruire : plans, dessins, maquettes, photographies, matériel de laboratoire. La demi-douzaine d’avions qui faisaient l’objet de vols d’essai, et qui devaient être suivis par au moins cent autres, furent découpés et vendus à la ferraille. Mis à part la grande collection de films conservés en dépit des ordres par des membres du département photo d’Avro Canada, il ne reste que quelques fragments des appareils, du moins sur la terre ferme.

Croquis du fuselage aérodynamique modifié qui fascina tant les Canadiens. [Raise the Arrow; BAC/R15525-111-8-E]

En effet, quelque part sous les eaux du lac Ontario gisent neuf modèles réduits à vol libre dont la taille est un huitième de celle de l’Arrow.

Beaucoup d’excitation a suivi l’annonce, en 2017, que l’un d’entre eux avait été localisé, puis une grande surprise a suivi quand on a vu ce qui a été remonté à la surface en 2018 : un des trois véhicules d’essai caractérisés par l’aile delta emblématique des premiers modèles de l’Arrow.

« Ces modèles et les modèles à vol libre suivants faisaient partie d’un programme qui visait à tester les aspects de la cellule et la conception de l’aile, ainsi que la fonction de la gouverne de profondeur et le comportement en vol, en particulier à très grande vitesse, » a déclaré Mme Erin Gregory, conservatrice adjointe du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, à Ottawa, où des restaurateurs travaillent sur le modèle réduit. « Ces pièces racontent le façonnement de ce symbole canadien. »

Le musée possède plusieurs grands artéfacts de l’Arrow : une section du nez d’un avion, le bout des ailes d’un autre, et beaucoup de petits objets. Certains artéfacts sont entre les mains de particuliers, conservés par les concepteurs et les techniciens pour qui il s’agissait « de l’œuvre de toute une vie, de leur plus beau fleuron. »

L’ingénieur Ralph Stafford, concepteur du train d’atterrissage pivotant, eut la consigne de l’enlever de chaque avion, et il obtint l’autorisation d’en garder un, qui fait maintenant partie de la collection du musée, nous dit Mme Gregory.

Les passionnés de l’Arrow d’Avro ont hâte que la recherche des autres modèles à vol libre reprenne, cette année. Les chercheurs de l’équipe de repêchage de l’Arrow ont quatre cibles promet-teuses, a déclaré Mme Gregory.

Le premier Arrow d’Avro est lancé officiellement le 4 octobre 1957. [BAC/PA-210520]

L’Arrow d’Avro témoigne de ce qu’aurait été l’industrie aéronautique canadienne si le programme n’avait pas été annulé, si Avro Canada n’avait pas fait faillite et si le pays n’avait pas perdu quelque 30 000 chercheurs et techniciens au cours du célèbre « exode des cerveaux » qui a suivi le démantèlement du programme, et reste un objet d’admiration et de fascination depuis plus de soixante ans.

Plusieurs employés d’Avro ont plus tard fait carrière à la British Aerospace, et d’autres à la NASA, où ils prirent part à la mise en œuvre des programmes américains Mercury, Gemini et Apollo. L’ancien chef de la conception d’Avro, Jim Chamberlin, de Kamloops, en Colombie-Britannique, devint ingénieur en chef du projet Mercury qui envoya John Glenn en orbite en 1962. Il conçut également la capsule Gemini, fut un des dépanneurs du vaisseau spatial Apollo et prit part à la conception de la navette spatiale.


L’ARROW D’AVRO, CHIFFRES À L’APPUI

3,5 millions $
Cout de chaque Arrow d’Avro en 1957 (environ 31 millions d’aujourd’hui)

26,1 Longueur en mètres

15,2 Envergure en mètres

6,5 Hauteur en mètres

28 319 Poids maximal en kilogrammes

2 453 Vitesse en km/h

1 234,8 Vitesse du son en km/h

58 500 Altitude maximale en pieds

1 330 Autonomie en kilomètres

5 Nombre d’Arrows
(Mark 1 RL-201 à RL-205) à moteurs J75 de Pratt & Whitney

1 Nombre d’Arrows (Mark 2 RL-206) à moteurs Iroquois d’Orenda

4 Nombre de missiles AIM-4 Falcon qu’il pouvait transporter

2 Nombre de missiles Sparrow qu’il pouvait transporter

31 Nombre d’avions en production lorsque le programme fut annulé

Le 25 mars 1958 Date du premier vol

Le 20 février 1959 Date d’annulation du programme

Class

MBP

Connectez

image description